Samsa Editions

Nos auteurs

Résultats 101 à 110 sur 146
Michel Onfray
Michel Onfray

Michel Onfray, philosophe français, est né le 1 janvier 1959 à Argenta (Orne). Il défend une vision du monde hédoniste, épicurienne et athée. Sa pensée est principalement influencée par des philosophes tels que Nietzche et Épicure, par l'école cynique, par le matérialisme français et l’anarchisme proudhonien.

Jaurès - UPT Cahier n°2 Jaurès
Parce que c'était lui - UPT Cahier n°1
Célestin Freinet - UPT cahier n°3
Désiré-Joseph d’ Orbaix
Désiré-Joseph d’ Orbaix

Désiré-Joseph d’Orbaix (pseudonyme de D.-J. Debouck) est né à Thorembais-les-Béguines (Hesbaye) en 1889 et décédé à Uccle (Bruxelles) en 1943. Parmi les écrivains belges d’expression française, il fut l’un des plus importants de l’entre-deux-guerres. Fils du maître d’école de son village natal, il choisit aussi le métier d’instituteur, qu’il exerça dès l’âge de 19 ans, à Saint-Gilles, pendant une dizaine d’années. Ensuite, il tâta du journalisme à Paris, puis à Bruxelles au journal Le Soir, avant de devenir inspecteur de l’enseignement.

Il commença son œuvre par des contes et fonda avec Alex Pasquier, en 1919, la revue La Bataille littéraire, qui fut publiée jusqu’en 1924. Il opta pour son pseudonyme avec Le Don du Maître, qui le révéla au grand public. Il fut l’auteur de deux romans, Le Temps des coquelicots (1926, traduit en néerlandais) et Le Cœur imaginaire (1943). Néanmoins, il fut plus fécond en ouvrages poétiques : ceux-ci, édités à partir de 1932, lui valurent plusieurs prix littéraires ; retenons surtout Ciels perdus (1932), Le Village envolé (1937), Les Complaintes de l’absence (1941) et Cérès ou l’argile qui vit (publié à titre posthume en 1954). La Commune d’Uccle, où l’écrivain résida de 1925 jusqu’à sa mort, a inauguré une avenue d’Orbaix en 1955. La démarche poétique de l’auteur a été reprise par sa fille aînée, Marie-Claire d’Orbaix (1920-1990), dont l’œuvre initiale, La Source perdue (1948), fut dédiée à la mémoire de son père.

Le Don du Maître
François Ost
François Ost

François Ost, né le 17 février 1952, est juriste, professeur émérite à l’université Saint-Louis de Bruxelles, philosophe du droit et dramaturge belge.

QUE FAIRE 4 - Pourquoi j'écris
Paul van Ostaijen
Paul van Ostaijen

Paul van Ostaijen (1896-1928) est un poète belge majeur de la littérature néerlandophone, il est incontestablement l'auteur le plus influent du XXe siècle. On le compare à Fernando Pessoa pour lmarie de bourge domaine portugais. 

Bien que sa poésie ait été occasionnellement traduite – notamment dans Le Dada pour Cochons, superbement édité par les éditions Textuel en 2003 – sa prose est restée inaccessible en français, à la différence de l'allemand (Suhrkamp Verlag), l'anglais (University of Massachusetts Press), le portugais (7 Nos Editora) et le roumain (Editura Paralele 45).

Le trust du patriotisme - et autres grotesques
Claire, Camembert, Le Général - grotesques
La bande du tronc - grotesque
Poètes, jouons Pégase contre la banque - « poëmata »
Poètes, jouons Pégase contre la banque - « poëmata »
Odilon-Jean Périer
Odilon-Jean Périer

Odilon-Jean Périer (1901-1928) est un poète belge d'expression française. Issu d'une famille bourgeoise et d'un milieu cultivé, il s'intéresse très tôt à la poésie. Il publie en 1920 Combat de la neige et du poète. Comme un bijou précieux il le travaille encore après sa publication pour finalement le rejeter totalement. Avec La Vertu par le chant et Le Citadin ou Éloge de Bruxelles il joue et fait des recherches sur le langage parallèlement aux travaux de la Nouvelle Revue française. Il tient une place importante dans le Disque vert, cahiers littéraires franco-belges. Il s'essaye aussi au théâtre. Le genre de l'élégie semble lui coller à la peau et il y excelle. Il meurt très tôt mais laisse une œuvre considérable.

QUE FAIRE 1 - périodique
Odilon-Jean Périer
Odilon-Jean Périer

Odilon-Jean Périer (1901-1928), par lui-même en 1925. Périer est un écrivain belge, contemporain de son ami Éric de Haulleville. Il est l’auteur du Passage des anges (1926), qui inspira probablement Wim Wenders pour Les ailes du désir (1987).

QUE FAIRE 4 - Pourquoi j'écris
Antoine Pompe
Antoine Pompe

Antoine Pompe (1873-1980) est un architecte belge actif à Bruxelles qui annonça le «modernisme» en architecture dès 1910, en pleine époque Art nouveau.

Le super-homme - ou l’homme de demain
Louis-Antoine Prat
Louis-Antoine Prat

Louis-Antoine Prat est écrivain et historien d’art, il a été chargé de mission au Département des Arts graphiques du musée du Louvre de 1976 à 2016. Membre du Conseil artistique des musées nationaux depuis 1996, Président de la Société des Amis du Louvre depuis juin 2016. Avec son épouse Véronique, rédacteur en chef au Figaro Magazine, il a reçu en 2000 le prix Mont Blanc pour la Culture. Outre ses nombreuses publications, il est l’auteur de six romans et trois recueils de nouvelles, dont Belle encore (grand prix de la nouvelle de l’Académie Française en 2019).

Nuit de guerre au Louvre - théâtre
L’ambigu vénitien - théatre
QUE FAIRE 4 - Pourquoi j'écris
Alain Préaux
Alain Préaux

Alain Préaux, Docteur en Philosophie et Lettres (Université Libre de Bruxelles), est l’auteur de nombreux articles sur les XVIIIe et XIXe siècles (entre autres Friedrich Schiller, Jean Paul, E.T.A. Hoffmann, Franz Grillparzer, Achim von Arnim, etc.). Professeur à l’École supérieure de traducteurs de la Ville de Bruxelles, il a publié de nombreux ouvrages, notamment sur Hölderlin : Poèmes de l’autre vie (Bruxelles, 1993), Prose de l’autre vie (Bruxelles, 1996), L’Énigme Hölderlin (Bruxelles, 1996), Le Voyage du claustré (Speer-Hölderlin, Bruxelles, 2004). Il est l’auteur d’un essai biographique sur Heinrich Heine (Bruxelles, 2000) et d’un essai intitulé Frères ennemis (Bruxelles, 2012), une somme sur les Images de la rivalité fraternelle dans les littératures européennes.

Friedrich Hölderlin - écrits de l’autre vie
ETA Hoffmann - une lecture des contes et nouvelles
Marcel Proust
Marcel Proust

Marcel Proust (1871-1922) est un écrivain français, dont l’œuvre principale est la suite romanesque intitulée À la recherche du temps perdu (publiée entre 1913 à 1927). Parue dans une revue éphémère, L’Indifférent semble oubliée de tous. Elle avait été publiée en 1896, dans La vie contemporaine. On peut penser qu’elle fut écrite en 1893. Proust avait alors vingt-deux ans.

QUE FAIRE 2 - périodique