Samsa Editions

Fiche détaillée

Le Parti pris des périphéries - Les « Prosateurs français contemporains » des éditions Rieder (1921-1939)
par Maria Chiara Gnocchi

Le Parti pris des périphéries - Les « Prosateurs français contemporains » des éditions Rieder (1921-1939)
Synopsis

Maria Chiara Gnocchi fait revivre le catalogue d’une maison qui traduisit un renouvellement des sensibilités, autant sinon plus qu’un Bernard Grasset

Disponibilité: En stock

Quantité
  • 20.00

En établissant une première histoire littéraire de l’apport des éditions Rieder, qui prospérèrent dans le sillage de la revue Europe, lancée par Romain Rolland en 1923, Maria Chiara Gnocchi fait revivre le catalogue d’une maison qui traduisit un renouvellement des sensibilités, autant sinon plus qu’un Bernard Grasset, dont la postérité a retenu le nom mais dont le talent résida surtout dans la promotion très moderne d’auteurs ayant peu de points communs. C’est tout l’inverse du catalogue littéraire de Rieder, plus particulièrement étudié ici sous l’angle de la collection des « Prosateurs français contemporains », dont les textes publiés dénotent un style et un ton très particuliers, bien dans l’air du temps.

 Valérie Tesnière (extrait de la préface)

Le Parti pris des périphéries - Les « Prosateurs français contemporains » des éditions Rieder (1921-1939)

  • 264 pages
  • Dimensions : 140x205 mm
  • Type : imprimé
  • Couverture : softcover
  • Poids : 500
  • ISBN : 978-2-87593-104-7
  • Maison d'édition : SAMSA Editions
Extrait en PDF
  • Le Parti pris des périphéries - Les « Prosateurs français contemporains » des éditions Rieder (1921-1939)
  • Le Parti pris des périphéries - Les « Prosateurs français contemporains » des éditions Rieder (1921-1939)

Dernières parutions

Ripple-Marks - roman par Jean Muno
En résumé

Ripple-marks (1976) est peut-être le plus grave des livres de Muno.

En résumé

Le texte que vous allez lire s’adresse non seulement à tous les acteurs politiques, culturels, sociaux mais aussi à tous les ennemis de la bêtise. Lorsque l’état se met à conclure des pactes, surtout d’excellence, on confine au paroxysme de la régression. Déjà que le mot pacte évoque le diable, deux parties qui pourraient ne pas être d’accord (et qui semblent ne pas l’être dans les faits), et puis d’« excellence », sorte de prétention qui pourrait laisser entendre qu’il existe, quelque part, une médiocrité à combattre, voire une bêtise à relever (lire à ce propos L’homme est bête et l’a toujours été, de Roger Avermaete), ce qui pointe vers une prise de conscience d’une déréliction lente – qui ne date pas d’hier.