Samsa Editions

Fiche détaillée

Eugène Savitzkaya - Le Corps des mots
par Laurent Demoulin

Eugène Savitzkaya - Le Corps des mots
Synopsis

À travers ces regards contrastés, l'œuvre de Savitzkaya apparaît à la fois dans son étonnante diversité et dans son unité singulière.

Disponibilité: En stock

Quantité
  • 15.00

« Eugène Savitzkaya est un magnifique écrivain, un poète rare, dont la langue matérielle et concrète ouvre pourtant sur une féérie singulière. Une œuvre comme une forêt, avec la rude écorce et le lutin. Tant pis pour ceux qui n'ont pas lu Sang de chien (Minuit, 1989), Marin mon cœur (Minuit, 1992) ou, plus récemment, Propre à rien (Didier Devillez, 2010), ils ne savent pas ce qu'ils ratent : ce prodige dans leur dos ! » Voilà ce qu'écrivait Éric Chevillard dans Le Monde en avril 2013. C'est à une exploration patiente de cette forêt, à une description précise de cette langue matérielle et concrète, à une rencontre face à face avec ce prodige, ce poète rare et ce romancier magnifique que se voue le présent volume – la première monographie universitaire consacrée à Eugène Savitzkaya. Les principaux spécialistes de l'écrivain, venus de toute l'Europe, se sont réunis ici pour aborder aussi bien sa poésie que ses romans, selon diverses approches scientifiques et au gré de sensibilités intellectuelles variées. À travers ces regards contrastés, l'œuvre de Savitzkaya apparaît à la fois dans son étonnante diversité et dans son unité singulière. Une bibliographie et un texte inédit de l'écrivain, Faillite ou Les Travaux de Hans Weber Evorian, complètent le dossier.

Eugène Savitzkaya - Le Corps des mots

  • 204 pages
  • Dimensions : 155x240 mm
  • Type : imprimé
  • Couverture : softcover
  • Poids : 340g
  • ISBN : 978-2-87593-000-2
  • Maison d'édition : SAMSA Editions
Extrait en PDF
  • Eugène Savitzkaya - Le Corps des mots
  • Eugène Savitzkaya - Le Corps des mots

Dernières parutions

Ripple-Marks - roman par Jean Muno
En résumé

Ripple-marks (1976) est peut-être le plus grave des livres de Muno.

En résumé

Le texte que vous allez lire s’adresse non seulement à tous les acteurs politiques, culturels, sociaux mais aussi à tous les ennemis de la bêtise. Lorsque l’état se met à conclure des pactes, surtout d’excellence, on confine au paroxysme de la régression. Déjà que le mot pacte évoque le diable, deux parties qui pourraient ne pas être d’accord (et qui semblent ne pas l’être dans les faits), et puis d’« excellence », sorte de prétention qui pourrait laisser entendre qu’il existe, quelque part, une médiocrité à combattre, voire une bêtise à relever (lire à ce propos L’homme est bête et l’a toujours été, de Roger Avermaete), ce qui pointe vers une prise de conscience d’une déréliction lente – qui ne date pas d’hier.