Panier

Samsa Editions

Fiche détaillée

L’Héritage historique de Joseph Kabila
par Paule Bouvier

L’Héritage historique de Joseph Kabila
Synopsis

Dans l’histoire du Congo-Kinshasa, l’étude de Joseph Kabila Président semble incontournable. Se basant sur les documents publics congolais et internationaux, sur les discours de Kabila, sur les enquêtes et les travaux déjà réalisés, sur les médias et les entretiens avec des personnalités ayant connu personnellement ou étant proches de Kabila, Joseph Kabila nous apparaît ici dans l’actualité. Il s’agit d’un essai, de nouvelles données.

Disponibilité: En stock

Quantité
  • 22.00

La présente étude porte sur Joseph Kabila Kabange, son parcours, ses modes de gestion. Elle démontre que l’histoire du Congo se caractérise par une certaine continuité politique, exception faite de la présidence post-indépendance de Kasa-Vubu. Dans ce but, il était indispensable de faire brièvement état des systèmes politiques ayant existé au Congo avant l’ère de Joseph Kabila. Cette situation montrent pourquoi et comment les germes de la démocratie ne purent jamais éclore officiellement au Congo.

Dans l’histoire du Congo-Kinshasa, l’étude de Joseph Kabila Président semble incontournable. Se basant sur les documents publics congolais et internationaux, sur les discours de Kabila, sur les enquêtes et les travaux déjà réalisés, sur les médias et les entretiens avec des personnalités ayant connu personnellement ou étant proches de Kabila, Joseph Kabila nous apparaît ici dans l’actualité. Il s’agit d’un essai, de nouvelles données.

L’Héritage historique de Joseph Kabila

  • 242 pages
  • Dimensions : 155x240 mm mm
  • Type : livre
  • Couverture : softcover
  • Poids : 750 gr
  • ISBN : 978-2-87593-382-9
  • Maison d'édition : SAMSA Editions
Extrait en PDF
  • L’Héritage historique de Joseph Kabila
  • L’Héritage historique de Joseph Kabila

Dernières parutions

Ripple-Marks - roman par Jean Muno
En résumé

Ripple-marks (1976) est peut-être le plus grave des livres de Muno.

En résumé

Le texte que vous allez lire s’adresse non seulement à tous les acteurs politiques, culturels, sociaux mais aussi à tous les ennemis de la bêtise. Lorsque l’état se met à conclure des pactes, surtout d’excellence, on confine au paroxysme de la régression. Déjà que le mot pacte évoque le diable, deux parties qui pourraient ne pas être d’accord (et qui semblent ne pas l’être dans les faits), et puis d’« excellence », sorte de prétention qui pourrait laisser entendre qu’il existe, quelque part, une médiocrité à combattre, voire une bêtise à relever (lire à ce propos L’homme est bête et l’a toujours été, de Roger Avermaete), ce qui pointe vers une prise de conscience d’une déréliction lente – qui ne date pas d’hier.