Samsa Editions

Fiche détaillée

Plaidoyer pour un populisme
par David Van Reybrouck, David Van Reybrouck

Plaidoyer pour un populisme
Synopsis

Il est devenu essentiel de se pencher sérieusement sur les réflexions que l’auteur soulève. Un meilleur populisme est nécessaire, pas forcément moins de populisme…

 

Disponibilité: En stock

Quantité
  • 16.00

À travers toute l’Europe l’écart entre les personnes peu scolarisées et celles très cultivées se creuse. D’un côté, les cosmopolites qui sirotent leur verre de chardonnay en vantant les mérites de la mondialisation, alors que de l’autre côté une classe « tatouée » se saoûle des chansons populaires locales et, souvent, soutient de nouvelles formes de nationalismes. Les travailleurs peu qualifiés ont du mal à pénétrer au parlement. Leur majorité démographique est réduite à une minorité démocratique. Plus que quiconque, les partis populistes portent aujourd’hui la voix des personnes peu qualifiées dans nos sociétés.

Selon David Van Reybrouck, le populisme n’est pas nécessairement un danger pour la démocratie. Ce populisme exprime, parfois maladroitement, un désir constant d’engagement politique de citoyens peu instruites. Il est devenu essentiel de se pencher sérieusement sur les réflexions que l’auteur soulève. Un meilleur populisme est nécessaire, pas forcément moins de populisme…

Plaidoyer pour un populisme

  • 110 pages
  • Dimensions : 140 x 205 mm mm
  • Type : Livre
  • Couverture : softcover
  • Poids : 250
  • ISBN : 978-2-87593-238-9
  • Maison d'édition : SAMSA Editions
Extrait en PDF
  • Plaidoyer pour un populisme
  • Plaidoyer pour un populisme

Dernières parutions

Ripple-Marks - roman par Jean Muno
En résumé

Ripple-marks (1976) est peut-être le plus grave des livres de Muno.

En résumé

Le texte que vous allez lire s’adresse non seulement à tous les acteurs politiques, culturels, sociaux mais aussi à tous les ennemis de la bêtise. Lorsque l’état se met à conclure des pactes, surtout d’excellence, on confine au paroxysme de la régression. Déjà que le mot pacte évoque le diable, deux parties qui pourraient ne pas être d’accord (et qui semblent ne pas l’être dans les faits), et puis d’« excellence », sorte de prétention qui pourrait laisser entendre qu’il existe, quelque part, une médiocrité à combattre, voire une bêtise à relever (lire à ce propos L’homme est bête et l’a toujours été, de Roger Avermaete), ce qui pointe vers une prise de conscience d’une déréliction lente – qui ne date pas d’hier.