Samsa Editions

Fiche détaillée

Les Caprices de l’ami Théo - théâtre
par Jean-Paul Boyazis

Les Caprices de l’ami Théo - théâtre
Synopsis

L’auteur nous offre une véritable pièce originale et jouissive.

Disponibilité: En stock

Quantité
  • 18.00

Le public fit un accueil vibrant à cette pièce qui remplit la salle Molière d’Anderlecht pendant plusieurs soirées d’affilée en 2010. Le public reconnaissait d’emblée ce théâtre ! 

N’y était-il pas question d’amours, comme dans Mademoiselle Beulemans, ainsi que d’un couple d’amis comme l’étaient à jamais Bossemans et Coppenolle ? 

Et cet accent ? Presque tous les acteurs se devaient de parler le bruxellois, comme le faisaient déjà les principaux protagonistes des pièces citées plus haut. 

Le milieu social où se déroule la pièce rappele autre chose au public, puisque Théo est un commerçant bruxellois qui exerce le commerce de parapluies – Beulemans était un brasseur prospère et les deux compères avaient réussi, l’un en vendant des papiers peints l’autre dans la droguerie. 

Il ne s’agit ici ni de « pastiche », ni de « plagiat » ! Jean-Paul Boyazis aime et connaît les pièces qui ont précédé la sienne et sait mieux que quiconque que, comme l’affirmait Cocteau dans La corrida du premier mai, qu’« Il est plus facile de reconnaître que de connaître ». L’auteur nous offre une véritable pièce originale et jouissive.

Les Caprices de l’ami Théo - théâtre

  • 158 pages
  • Dimensions : 140x205 mm mm
  • Type : livre
  • Couverture : softcover
  • Poids : 500
  • ISBN : 978-2-87593-334-8
  • Maison d'édition : SAMSA Editions
Extrait en PDF
  • Les Caprices de l’ami Théo - théâtre
  • Les Caprices de l’ami Théo - théâtre

Dernières parutions

Ripple-Marks - roman par Jean Muno
En résumé

Ripple-marks (1976) est peut-être le plus grave des livres de Muno.

Le Monde éclatera demain - théâtre par Marie-Thérèse Bodart
En résumé

Ambroise Daumier est-il un savant fou ? Ses recherches médicales controversées, concernent les effets des ondes sonores et de la mescaline sur le comportement humain. Il prend le risque et réussit à soigner Charlotte dont son fils Alain est amoureux. Puis, en 1936, il rejoint un laboratoire en Bavière, où «on conçoit le chercheur comme un découvreur soutenu par l’État: un simple technicien, et ces gens-là prendront le pas sur nous dans l’avenir». Ambroise développe alors une terrible «chirurgie de l’âme». Son assistant Olivier est-il prêt au meurtre pour voler ses documents au Dr Daumier ?