Samsa Editions

Fiche détaillée

La Moisson des Orges - roman
par Marie-Thérèse Bodart

La Moisson des Orges - roman
Synopsis

« On engrange que ce qu’on peut », affirme un personnage de La Moisson des Orges. Parfois, on cherche un champ de blés, mais on ne récolte que la moisson des orges… Autrement dit, il faut accepter ses limites. Dans cette saga familiale, Luc est amoureux d’une mère et de sa fille…

Disponibilité: En stock

Quantité
  • 24.00

« On engrange que ce qu’on peut », affirme un personnage de La Moisson des Orges. Parfois, on cherche un champ de blés, mais on ne récolte que la moisson des orges… Autrement dit, il faut accepter ses limites. Dans cette saga familiale, Luc est amoureux d’une mère et de sa fille. Toutes deux vont mourir, et il rejoint Paris pour se marier avec une femme qu’il n’aime pas. Toute sa vie est marquée par une recherche perpétuelle de lui-même, par une inquiétude qui se prolonge chez ses enfants. Sans doute le reflet de l’époque, car le roman se déroule durant la Seconde Guerre mondiale, notamment lors du terrible bombardement de Dunkerque en 1940. Mais il est aussi le reflet de cette réflexion sur la complexité humaine qui traverse toute l’œuvre de Marie-Thérèse Bodart, marquée par une vigueur mêlée de sensibilité et, toujours, inscrite dans la vie la plus prosaïque et quotidienne.

Marie-Thérèse Bodart a tenu un journal intime (à ce jour inédit), depuis l’âge de seize ans, et durant presque cinquante ans (entre 1926 et 1974). Même si l’histoire est imaginaire, La Moisson des orges est un écho aux années de guerre vécues par la romancière, avec son mari et sa petite fille (qu’elle transcrit dans son journal).

La Moisson des Orges - roman

  • 280 pages
  • Dimensions : 140x205 mm
  • Type : Livre
  • Couverture : Softcover
  • Poids : 1 kg
  • ISBN : 978-2-87593-312-6
  • Maison d'édition : SAMSA Editions
Extrait en PDF
  • La Moisson des Orges - roman
  • La Moisson des Orges - roman

Dernières parutions

Ripple-Marks - roman par Jean Muno
En résumé

Ripple-marks (1976) est peut-être le plus grave des livres de Muno.

En résumé

Le texte que vous allez lire s’adresse non seulement à tous les acteurs politiques, culturels, sociaux mais aussi à tous les ennemis de la bêtise. Lorsque l’état se met à conclure des pactes, surtout d’excellence, on confine au paroxysme de la régression. Déjà que le mot pacte évoque le diable, deux parties qui pourraient ne pas être d’accord (et qui semblent ne pas l’être dans les faits), et puis d’« excellence », sorte de prétention qui pourrait laisser entendre qu’il existe, quelque part, une médiocrité à combattre, voire une bêtise à relever (lire à ce propos L’homme est bête et l’a toujours été, de Roger Avermaete), ce qui pointe vers une prise de conscience d’une déréliction lente – qui ne date pas d’hier.