Panier

Samsa Editions

Fiche détaillée

Voltaire - Hymne à la liberté
par Jean-Claude Idée

Voltaire - Hymne à la liberté
Synopsis

J’ai choisi, dans le Dictionnaire, les textes qui me semblaient les plus pertinents, pour mettre en lumière le système de pensée et de valeurs de Voltaire et les propositions concrètes qu’il nous fait pour améliorer la conduite des États et la morale individuelle. (Jean-Claude Idée)

Disponibilité: En stock

Quantité
  • 8.00

Voltaire a mis plus de dix-sept ans à composer son Dictionnaire philosophique. Cette œuvre est la journal intime de son cheminement idéologique, le fruit de sa libération personnelle. Voltaire la compose à Ferney, alors qu’enfin, il ne dépend plus ni d’un roi, ni d’un État. Fortune faite, à soixante ans, Voltaire devient le premier intellectuel européen, indépendant, et choisit de s’engager, à titre personnel, dans des combats multiples : Affaire Calas, Affaire du Chevallier de La Barre, etc. Il se dresse seul contre la justice, les clergés et les États, aveuglés par le fanatisme religieux qu’il qualifie d’infâme. Son slogan devient : écrasons l’infâme ! c’est-à-dire : rendons indépendants, la justice, la religion et l’État. Que jamais les lois des dieux ne prennent le pas sur les lois des hommes. 

J’ai choisi, dans le Dictionnaire, les textes qui me semblaient les plus pertinents, pour mettre en lumière le système de pensée et de valeurs de Voltaire et les propositions concrètes qu’il nous fait pour améliorer la conduite des États et la morale individuelle. (Jean-Claude Idée)

Voltaire - Hymne à la liberté

  • 78 pages
  • Dimensions : 100x170 mm
  • Type : imprimé
  • Couverture : softcover
  • Poids : 100g
  • ISBN : 978-2-87593-151-1
  • Maison d'édition : SAMSA Editions
Extrait en PDF
  • Voltaire - Hymne à la liberté
  • Voltaire - Hymne à la liberté

Dernières parutions

Ripple-Marks - roman par Jean Muno
En résumé

Ripple-marks (1976) est peut-être le plus grave des livres de Muno.

En résumé

Le texte que vous allez lire s’adresse non seulement à tous les acteurs politiques, culturels, sociaux mais aussi à tous les ennemis de la bêtise. Lorsque l’état se met à conclure des pactes, surtout d’excellence, on confine au paroxysme de la régression. Déjà que le mot pacte évoque le diable, deux parties qui pourraient ne pas être d’accord (et qui semblent ne pas l’être dans les faits), et puis d’« excellence », sorte de prétention qui pourrait laisser entendre qu’il existe, quelque part, une médiocrité à combattre, voire une bêtise à relever (lire à ce propos L’homme est bête et l’a toujours été, de Roger Avermaete), ce qui pointe vers une prise de conscience d’une déréliction lente – qui ne date pas d’hier.